Aux doux instants ébouriffés de l'aurore

Aux doux instants ébouriffés de l'aurore, le regard lourd et cerné de songes et de sommeil, on ne savait si l'on avait à faire au SAGE, au VIEUX FOU ou à l'ENFANT. Je compris bien plus tard que se lever tôt et faire cohabiter le sage avec le vieux fou et l'enfant, était la condition essentielle pour rester...vivant !

B.Bop

#Billy Bop • Communication et caetera • Cugnaux • billybop@free.fr • © Tous droits réservés.

Me contacter