top of page

Aux doux instants ébouriffés de l'aurore

Aux doux instants ébouriffés de l'aurore, le regard lourd et cerné de songes et de sommeil, on ne savait si l'on avait à faire au SAGE, au VIEUX FOU ou à l'ENFANT. Je compris bien plus tard que se lever tôt et faire cohabiter le sage avec le vieux fou et l'enfant, était la condition essentielle pour rester...vivant !

B.Bop